Jour 17 : Chengdu

Bonjour à tous. Ca fait longtemps que j’ai pas écrit mais on est bien occupé à Pékin et les occasions d’écrire sont rares. Du coup, je fais petit bout par petit bout. Allez, on continue.

On prend un taxi le matin pour rejoindre Chengdu et son centre de préservation des pandas.
Comme ce sont des congés nationaux, la fille de l’auberge nous conseille de partir tôt. On arrive donc à 7h30 à l’aéroport pour un vol à 10h30. C’est un peu tôt nous dit la dame de l’enregistrement. Du coup, on attend un heure avant de pouvoir d’enregistrer. « Rendez moi mes heures de sommeil perdues !!! Je vous en supplie !!! »
Dans l’avion, comme je suis un petit fils modèle, je fais bien mes devoirs pour ma mami et photographie un chinois tout nu :

image

Bon, il a un slip (et visiblement une orange, voire carrément toute la corbeille de fruit dedans) mais c’est le mieux que j’ai trouvé.
On atterrit à Chengdu. J’avais demandé à l’auberge de venir nous chercher à l’aéroport pour nous ramener à l’auberge (comme ça on peut vite aller voir les pandas). Mais en y réfléchissant la veille on se dit qu’on pourrait être fou et demander au chauffeur de nous déposer directement aux pandas. On récupère nos bagages et on retrouve notre chauffeur (eh oui). Un très gentil et très vieux monsieur qui, visiblement, ne parle, mais alors vraiment pas un mot d’anglais. On le suit. On monte dans le taxi. Et j’écris sur le téléphone d’Audrey avec le traducteur : »pouvez vous nous amener au parc à panda et pas à l’hôtel ». Il acquiesce.
Le reste du voyage a ressemblé à ça:
« Ah, c’est génial, il nous emmène directement aux pandas. On est trop fort »
« Ah, non, il prend vers le centre, il a rien compris à notre message, c’est foutu »
« Ah non, il reprend vers le nord, il a bien compris finalement, c’est génial »
« Ah merde, il quitte la route, on arrive pas à se faire comprendre, on arrive à rien »
Etc, etc…
Bref, c’est les montagnes russes dans le taxi. La Chine, le pays il y a du suspens avec les moindres trajet en taxi !
Et finalement on voit les panneaux pour le centre des pandas. Le chauffeur se gare et avant de descendre nous propose d’amener nos bagages directement à l’auberge. Bon, on va être fou une deuxième fois. On va essayer ça. Mais j’ai quand même pas été tranquille toute la visite du parc.
On entre donc dans le centre des pandas. Ce centre est le plus connu de Chine pour la préservation des pandas. Et l’entrée donne le ton :

image

L’entrée du parc est vraiment pas cher par rapport a ce qu’on s’attendait. Et pourtant, il est vraiment super. Très grand, très vert, très propre.
On commence la visite en traversant un petit parc et en longeant un petit lac :

image

image

Puis on arrive à l’enclos des pandas adultes. Et la, les bêtes nous attendent :

image

image

Mais qu’est ce que c’est que cet arnaque ! On veut des pandas, pas des Léons ! Les paons, c’est la routine dans notre propriété de 15 hectares à Valence (eh oui).
Et les pandas pourtant ils existent. La preuve. Et ils ont tous des petits noms :

image

image

Et mon préféré :

image

Qui, comme son nom ne l’indique pas, est une belle femelle.
On voit sur les pancartes que comme il fait un peu chaud, les pandas sont mis dans des salles climatisés.
On arrive devant la salle où sont les pandas adolescents. Et là, ça chauffe :

image

image

Ça a l’air intense vu comme ça mais il faut imaginer un combat de catch ralenti dix fois. Et ils s’arrêtent toutes les 10 secondes pour reprendre leur souffle. Du coup, ce qui doit paraître comme un combat brutal et violent pour eux est juste adorable pour nous.  Ce qui donne lieu a des dialogues bizarres :
« Aaawww, regarde comme il l’etrangle, c’est trop mignon »
« J’adore comme il mord et griffe l’autre ».
Le combat est intense.
Crevé, un des deux remonte :

image

C’est sans compter sur la hargne bestial de son adversaire. Après une demi heure, et trois essais, l’autre monte aussi sur le banc. Le combat devient d’une « intolérable mignonnerie »:

image

image

image

image

On ressort de la deux heures plus tard (le temps passe plus vite quand on regarde des pandas se battre) et on voit une grande file d’attente :

image

Il s’agit de la file pour la nurserie.
Des gardes font circuler les gens très vite devant des baies vitrées :

image

Et derrière une des vitrines, on voit ça :

image

Un bébé panda qui a moins d’une semaine. On a 2 secondes pour faire la photo mais elle est dans la boîte. Je vous la livre en exclusivité mondiale.
On sort de la nurserie pour assister à un cours sur les pandas, ou « tout tout tout, vous saurez tout sur Zhi Zhi ».
On apprend que le panda commence mal dans la vie :

image

Physique ingrat, poil hyrsute, aveugle, un panda c’est pas terrible quand ça sort. Mais la nature est bien faite et, après quelques mois (et des milliers d’euros de chirurgie esthétique ), voilà le résultat :

image

Il est prêt pour faire le beau sur la plage.
On continue la visite pour voir les mamans avec leurs petits :

image

Mais là aussi, la seule activité intéressante dans le coin, c’est le catch :

image

Puis on va voir les adultes et on passe à la deuxième activité favorite des pandas :

image

La bouffe ! Ah, c’est pas l’animal symbole de la Chine pour rien. Je n’avais jamais vu un panda manger avant et c’est impressionnant. Ils tiennent le bambou d’une main, arrachent la peau avec leurs dents et mangent seulement le coeur qui est plus tendre. Ils en mangent tellement que le parc doit en faire venir des montagnes. Sinon, ils boufferaient tous les bambous du parc trop vite.
Ensuite, on quitte le noir et blanc pour la couleur. Les pandas roux :

image

image

Ils s’appellent pandas mais ne sont pas de la même famille que les gros patapoufs que je vous ai montrés avant.
Mais ils mangent la même chose. Des bambous ! Beaucoup !
Nous n’avons vu que les mâles parce que les femelles étaient toutes enceintes. À quelques mois près on aurait pu voir pleins de petits pandas roux. Tant pis.
On reste quelque temps à les regarder car il n’est pas fréquent d’en voir autant et de si près. Et ils sont tellement mignon avec leur petite tête, leurs petites papattes et leur queue touffue. Bon, c’est décidé. Donne deux chats, cause changement pour panda roux. Possibilité d’ajouter de l’argent et une PlayStation si pris rapidement.
Comme le parc ferme bientôt, on retourne voir les petits pandas.

image

image

Ooooh. Bon, c’est décidé. Donne copine,
Cause changement pour bébé panda. Possibilité d’ajouter deux chats, de l’argent et une playstation si pris de suite. Les trois sont propres et sevrés.

Bon, retournons dans cette triste et dure réalité. Un dernier au revoir aux pandas et une photo souvenir :

image

D’abord Avatar, maintenant Kung fu panda. Je suis au Nirvana !
Pour la petite histoire, les créateurs de Kung du panda sont venus trois fois au parc et un des pandas s’appelle Po, comme dans le film.
Nous sortons pour retrouver nos amis vautours habituels :

image

image

Hallo, Hallo ! Ah, ils perdent pas le Nord.
Le soir, on se ballade à Chengdu dans la plus jolie place que j’ai vue depuis le début du voyage. Des lampions (j’aime les lampions), un petit pont en bois, un étang et un pont de pierre arrondi. Le paradis ! Mais de nuit donc les photos…
J’y suis retourné le lendemain pour prendre les photos de jour pour vous montrer. Mais c’est dans un autre article. Bonne nuit !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s