Jour 19 : Pekin

Ah, ben heureusement qu’on s’est bien reposé à Chengdu parce que notre vol qui devait partir de Chengdu à 21h40 est parti à 23h40 finalement. Résultat, au lit à Pékin à 3 h du matin. Et je sais pas comment on se débrouille mais on a toujours le taxi qui dépasse les autres taxis par la droite en prenant les virages au frein à main. Qu’est ce qu’il faut faire pour avoir ceux qui se font dépasser tranquillement, dans lequel on ne raye pas les vitres arrières avec ses ongles de terreur ?
Bon, vous l’aurez compris, c’est pas aujourd’hui qu’on a enchaînés les visites et les kms. On a fait le Pékin tranquille.
Le Pékin underground.

Quoi de plus tranquille qu’un temple bouddhiste. Apparemment, le plus beau de Pékin, le temple des lamas (les moines, pas les bêtes).
Ce qui nous surprend tout de suite à Pékin, c’est la quantité d’occidentaux. Fini la celebrité. Nous sommes à nouveau des numéros.
Allez, allons visiter ce temple :

image

Passé la porte, on arrive à la tour du tambour et la tour de la cloche du temple (le premier qui demande à quoi ça sert a une glace au Durian).

image

image

La cloche et le tambour (j’ai honte).
Ah non, au temps pour moi.

image

Les décorations sont sublimes :

image

Puis on arrive dans la cour avec les bruleurs d’encens :

image

Et le bâtiment dedié aux prières :

image

Comme dans la plupart de ces temples, on traverse le bâtiment pour tomber sur une autre cour avec un autre bâtiment semblable et ainsi de suite. À chaque bâtiment, les gens s’arrêtent pour prier. On doit passer une matinee entière à faire ses prières dans ce temple.
Dans l’un des bâtiments on tombe sur un dessin magnifique constitué uniquement de pièces de tissus :

image

image

Je vous rajoute une vue en détail pour que vous voir rendiez compte à quel point c’est un travail de titan.
On arrive dans la dernière salle qui abrite un Boudha debout de 26m de haut :

image

Notez que le leader principale de la secte bouddhiste tibétaine  de ce temple est le Dalai Lama dont forcément aucune photo n’est présente dans le temple, ce qui donne un caractère politique à la visite.
On sort ensuite du temple manger un petit quelque chose en attendant que la pluie finisse de tomber.
Puis on va visiter les Hutongs, ces petits quartiers traditionnels Pékinois menacés par les grands projets d’innovation de la ville.

image

Certaines des maisons de ces quartiers ont une importante valeur historique.
Les niveau de finition des habitations est heteroclite et on tombe sur de très jolis entrées :

image

Par contre, les toilettes publics (que nous avons essayé par professionnalisme), c’est moins ça :

image

J’essaye d’imaginer le genre de conversation qu’on peut avoir dans un tel endroit. Et les années de thérapies qui s’en suivent.
La ballade continue. L’itinéraire nous fait passer par cette mignonne petite porte rouge qui délimite un pâté de maison :

image

image

Pour retomber de l’autre côté du quartier ou la visite continue :

image

La vie suit son cours ici, paisible. Les gens sont très souriants. Les clébards, c’est pas la même ambiance par contre :

image

« Quoi, ma gueule, qu’est-ce qu’elle a ma gueule. Elle a quelque chose qui t’plait pas ? »
On se perd dans les quartiers pour arriver devant la tour du tambour de Pékin :

image

Derrière, dans un parc, des vieux jouent aux échecs chinois et à une espèce de badminton mais avec les pieds :

image

image

Audrey part se reposer à l’auberge et je continue de me balader à Pékin.
Je tombe sur un petite ballade le long d’un joli lac :

image

Où bien sur, sinon ce serait trop banal, il y a un Chinois qui nage en dessous des ponts où passent les gens.

image

La ballade se poursuit le long de ce très joli lac puis je vous épargne les deux heures de marche où je me suis perdu en essayant de suivre les deux lacs en dessous de celui là.
Je me suis tout à coup retrouvé le long d’un parc. Je voulais attendre Audrey pour le faire le lendemain avec elle (je l’ai refait avec elle du coup) mais la tentation était trop forte. Le parc est connu de par sa colline artificielle en haut de laquelle on voit ça :

image

La cité interdite. Ah, quelle vue !
Puis je suis redescendu et j’ai remarché pour aller voir ça :

image

image

La place Tiananmen que je ne m’imaginais pas du tout comme ça. L’endroit est hyper militarisé avec des barrieres et des contrôles des bagages partout. Du coup la circulation à pied dessus est très difficile et accéder à chaque endroit demande beaucoup de réflexion. Ce qui est censé être la plus grande place publique du monde devient un endroit très cloisonné. C’est assez bizarre.
Assez d’émotions (et de marche) pour la journée. Je retrouve ma Drey preferée et dodo. Grosse journée demain ! C’est pas le tout de voir la cité interdite. Il faut la visiter demain. Et pour l’avoir longé aujourd’hui, il y a de quoi faire.

Publicités

Une réflexion sur “Jour 19 : Pekin

  1. Petit commentaire d’Elise (2 ans et demis) qui regarde le blog sur mon épaule…tout d’abord « ouah les pandas », suivi de « elle est où ma tatie » (en voyant les photos d’Audrey, lol), pour finir par « jésus » à la vue des temples. Elle réservait ça pour les églises normalement, comme quoi, pour les enfants, toutes les religions se valent 😉 Bonne fin de séjour et bon retour…C’est bien, vous faites monter le suspens jusqu’à la muraille de Chine 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s